Romaine-la-Prophétesse

Romaine-la-Prophétesse (français : [/ʁɔ.mɛn/], Romaine la Prophétesse), conçue Romaine Rivière vers 1750 à Saint-Domingue, était une propriétaire d’un domaine d’espresso noir libre et chef d’un soulèvement dès le début de la Révolution haïtienne.

En 1791, à la lumière des tensions raciales croissantes à Saint-Domingue et d’un rassemblement équipé réuni dans un ranch proche, Romaine et ses partisans ont consumé ce domaine et d’autres dans tout le sud d’Haïti, libérant ainsi un grand nombre d’individus assujettis. Romaine s’est distinguée comme une prophétesse et s’est habillée comme une dame une fois que le soulèvement a commencé. Romaine a momentanément administré les deux principales communautés urbaines du sud d’Haïti, Léogâne et Jacmel. En 1792, le soutien à l’insurrection brutale s’est estompé parmi les Noirs libres plus aisés, tandis que les Noirs précédemment opprimés ont abandonné en raison (ou ont ignoré) les cessez-le-feu que Romaine avait approuvés pour gérer Léogâne et Jacmel. Les colons blancs, renforcés par la France, ont repoussé les forces de Romaine vers leur base de Trou Coffy et les ont anéanties, capturant sa compagne et sa petite fille. Romaine s’est enfui et a continué à donner des leçons.

Bien qu’apparemment aucun innovateur extrémiste dans la phase initiale de la Révolution haïtienne n’ait eu un effet substantiel plus important que Romaine-la-Prophétesse, les chercheurs se sont jusqu’à présent concentrés sur les précurseurs marrons dans la Province Nord de Saint-Domingue, comme Makaya, Boukman, et Jean-François. Le nom de « Romaine-la-Prophétesse », qui était un éleveur d’espresso réputé, s’est transformé en un chef de guerre sexiste à la propulsion stricte dans la province Ouest de la colonie.

Les subtilités sur l’existence de Romaine-la-Prophétesse (Romaine Rivière), un pionnier extrémiste de la fin du XVIIIe siècle pendant les premières phases de la Révolution haïtienne, sont rares. La source contemporaine la plus fiable le dépeint comme un « noir libre », bien que la plupart des documents perspicaces le reconnaissent généralement, et peut-être par négligence, comme une griffe, ce qui, dans l’État français de Saint Domingue (1697-1804), désignait une personne qui était trois quarts noire et un quart blanche. Quoi qu’il en soit, il existe des justifications valables pour accepter que la Romaine a été mise au monde dans le Royaume de Kongo ; celles-ci incorporent l’idée de son autorité militaire et stricte, qui proposent chacune de solides impacts Kongolais. Il est plus sûr qu’à l’heure de l’éclatement de la Révolution haïtienne en 1791, il était un propriétaire terrien attelé de deux jeunes.

Romaine s’est fait remarquer en tant que novateur radical dans le sud de la province au moment même où les soulèvements d’esclaves à Bois Caiman, menés par Boukman Dutty et Cécile Fatiman, et à la Plaine-du-Nord ont déclenché la désobéissance générale qui s’est transformée en la seule révolte publique d’esclaves fructueuse de l’histoire. En septembre 1791, Romaine avait établi un quartier général dans les montagnes près de Léogane, dans la villa de campagne de Trou-Coffy.